SQUAD CYBERSECURITE

Défense et Cybersécurité : une vocation commune ?

Par Franck Cécile, Expert en Cybersécurité

Aujourd’hui, la ” Grande muette ” (surnom donnée à l’armée française) demeure autant méconnue et incomprise que la Cybersécurité en général. Une large majorité de nos concitoyens et de nos politiques, s’ils ne leur renient pas une certaine utilité, connaissent et comprennent mal leur fonctionnement, leur intérêt, les cantonnant à de activités obscures et lointaines, suscitant peu leur intérêt. En réalité, la “Défense” et la “Cybersécurité” ont un impact bien plus direct qu’il n’y paraît sur nos vies.

À travers ce dossier, nous allons nous intéresser à ce qu’est la Défense, quelles sont les activités qui la composent, et qui y participe. Nous ferons ensuite de même avec la Cybersécurité, avant de faire le lien entre ces deux mondes. Enfin, nous nous intéresserons de plus près aux impacts de l’un sur l’autre.

NB : Cet article n’a pas vocation à étaler toutes les opérations conduites par nos armées, ni à rentrer dans les détails techniques ou l’historique des cyber-attaques, mais à permettre aux néophytes de comprendre en quoi ils sont directement concernés, tant par la Défense que par la Cybersécurité, et quels sont leurs points d’accroches.

La Défense

Qu’est-ce que la Défense ?

Commençons par les définitions factuelles : pour un pays, la Défense est l’ensemble des moyens et des actions mises en œuvre pour garantir la sécurité et l’intégrité du territoire et de sa population. Par métonymie, la Défense c’est aussi l’ensemble des organisations constituées de civils et de militaires qui sont chargées de cette mission (on parle alors de Défense nationale).

Je ne m’étale pas sur les (très nombreux) acteurs du système de Défense, mais il est important de conserver à l’esprit qu’une part considérable de la population y contribue, directement, ou indirectement, parfois même sans réellement le savoir. La Défense regroupe l’ensemble des acteurs nationaux dont l’activité est jugée vitale pour l’Etat, qu’ils soient, militaires, civils, publics, privés… Sont donc inclus (en large partie) les Opérateurs d’Importances Vitale (OIV) : des organisations identifiées par l’État comme ayant des activités indispensables à la survie de la nation, dans des domaines variés (santé, alimentation, énergie, transport, finances, télécommunications…). Ceux-ci sont amenés à mettre en œuvre des Systèmes d’Information d’Importances Vitale (SIIV) hébergeant des Informations Sensibles (Diffusion Restreinte), ou Classifiées de Défense (Secret, Très Secret depuis le 01/07/21, ex CD/SD/Très Secret Défense). De fait, ces Informations, ces Systèmes, et ces Activités jouent un rôle jugé essentiel dans le cadre de la Défense nationale.

Ajoutons à ceci les impôts du contribuables qui servent à financer ces industries, civiles et militaires, vous l’aurez compris, la Défense de la nation n’est pas assurée exclusivement par nos armées ; c’est l’affaire de tous.

À quoi sert la Défense : les fonctions stratégiques

La stratégie de défense et de sécurité nationale est aujourd’hui définie grâce à cinq grandes fonctions stratégiques, auxquelles nous allons rapidement nous intéresser.

Prévenir – Connaître & Anticiper

Probablement les fonctions les plus discrètes et les moins visibles. Elles sont pourtant essentielles, la maîtrise de l’information étant vitale pour affronter tout type de menace.

Dans ” l’Art de la Guerre “, Sun-Tzu disait il y’a déjà 2500 ans ” Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation “.

Connaître celui que l’on doit affronter est tout aussi important que se connaître soi-même. C’est particulièrement vrai dans un contexte militaire, mais pas seulement. Ainsi, nos armées se donnent les moyens de détecter au plus tôt l’apparition de nouvelles tensions et de prévenir les crises, à de nombreux endroits du globe. Ces crises, n’ont pas systématiquement vocation à se matérialiser en “guerres” conventionnelles.

On pense notamment au terrorisme, à la piraterie, mais également au réchauffement climatique. Dans la même veine, la Marine déploie régulièrement des moyens dans le grand nord pour améliorer sa connaissance de la zone, devenue un réel enjeu stratégique pour lutter contre le réchauffement de la planète. Gardons également à l’esprit que, par ricochet, si distantes soient-elles, les crises peuvent finir par nous impacter directement sur le territoire national. Prévenir vaut mieux que guérir.

Protéger

Probablement la fonction stratégique la plus connue, et paradoxalement, celle dont on mesure le moins la portée. S’il semble acquis que la défense du territoire national (au sol ou dans les airs), est une des vocations principales de nos armées, son périmètre d’action est beaucoup plus large.

La France possède 11 millions de kilomètres carrés de ZEE (Zone Economique Exclusive), soit 8 % des mers du globe, ce qui en fait par la superficie le 2ème plus gros territoire maritime après celui des Etats-Unis.

Outre les actions de Secours aux Populations (Covid-19 en métropole & Outre-mer, explosion d’entrepôt à Beyrouth, ouragan Irma aux Antilles…), la Marine est un acteur majeur de la Lutte Antipollution. Elle porte dès que c’est nécessaire Assistance & Sauvetage aux navires et personnes en détresse en mer, et mène continuellement des Actions de police en mer (police des pêches, lutte contre les trafics illicites, neutralisation des engins explosifs ; environ 3000 mines, obus, et munitions neutralisées en moyenne chaque année). L’armée de l’Air & de l’Espace assure la surveillance et la protection de notre espace aérien et l’armée de Terre apporte son concours en cas d’urgence ou d’insuffisance des moyens civils, dans les cas de crise grave (catastrophe naturelle, accident technologique de grande ampleur, acte terroriste, crise sanitaire, etc.…).

Intervenir

L’intervention se matérialise notamment à travers :

  • La projection de puissance (à travers le groupe aéronaval notamment, centré sur le porte-avions Charles de Gaulle, mais aussi à travers les armées de terre, de l’air et de l’espace)
  • La projection de force (amphibies, terrestres ou aériennes) sur les différents théâtres d’opérations

Cette capacité d’intervention offre à la France la capacité stratégique à atténuer et résoudre les conflits pouvant l’impacter directement ou indirectement, sur son territoire ou non.

Dissuader

Pour la majorité des civils, le terme de “Dissuasion” ne représente pas grand-chose. Pour les militaires, c’est l’inverse. La dissuasion est le terme donné à la Doctrine d’emploi de l’arme Nucléaire.

Dès qu’on parle d’arme nucléaire, l’opinion publique s’affole. Nombre redoutant un usage offensif ou irrationnel de la bombe. Combiné à l’imprévisibilité de certains chefs, un conflit nucléaire de grande ampleur reste largement craint. Pour les civilisations occidentales, la paix durable qui s’est installée sur nos territoires, ainsi que les nouvelles formes de conflictualités, laissent penser que l’arme nucléaire est devenue inadaptée et inutile.

Cependant, quand on regarde la Doctrine de dissuasion sous le prisme de la Défense, le point de vue est radicalement différent. Encore faut-il bien comprendre celle-ci, et bien garder à l’esprit qu’il s’agit d’une Doctrine a vocation défensive uniquement. Celle-ci peut être synthétisée de la manière suivante :

” Retiens-moi en te retenant toi, sinon un malheur se produira et tu en porteras la responsabilité ! Au vu de mes dispositions présentes dont je te communique les caractéristiques, seule ta modération ou ton renoncement est susceptible de m’empêcher de passer à l’acte. “

En d’autres termes, l’arme nucléaire confère à la nation la capacité de définir des lignes rouges, claires et précises, constituant les limites de notre souveraineté, qui ne sauraient être franchies ; les coûts d’une telle action excédant largement ses bénéfices. Si cela venait à être le cas, c’est l’envahisseur qui endosserait lui-même la responsabilité du feu nucléaire s’abattant sur lui. “La limite est là, tu ne dois pas la franchir, si tu la franchis, tu sais ce qu’il t’arrivera, et tu seras seul fautif”. L’aboutissement final de la Doctrine de Dissuasion constituerait en quelque sorte son échec. Tout du moins l’échec de la Diplomatie : elle est le garant des négociations et de la paix. Personne ne souhaitant le tir de l’arme nucléaire, tout doit donc être mis en œuvre de manière pacifique pour ne pas y aboutir.

Si l’arme nucléaire terrifie, et que les partisans de son démantèlement sont toujours plus nombreux, il est malgré tout largement acquis que la Dissuasion nucléaire a en grande partie contribuée à préserver la paix en occident ces dernières décennies.

Pourquoi la Défense est-elle nécessaire ?

Format et évolution de nos armées

Il est important de noter que la France fait partie des rares pays disposant d’un modèle d’armée complet (c’est-à-dire capable de tout faire), et cohérent (avec ses objectifs et missions). Ce modèle reste aujourd’hui considéré comme condition de l’autonomie stratégique française. C’est donc un des meilleurs garants de notre capacité à décider seul et librement de notre avenir, en toute autonomie. Depuis la fin de la guerre froide, nos armées ont subi de plein fouet les contraintes et réductions budgétaires, devant s’adapter tout en maintenant leurs objectifs et missions, toujours à moindre coût. Cela fait maintenant quelques années que la tendance s’inverse à nouveau, la menace terroriste contribuant à une certaine prise de conscience. Il est également à noter que le format de nos armées prend en compte la capacités de nos alliés (UE, OTAN…) à combler nos « manques » et réciproquement.

La Guerre et la Paix

Si nos armées jouissent aujourd’hui d’une côte de popularité élevée au sein de la population, force est de constater qu’une large partie de nos concitoyens cantonne souvent le rôle de celles-ci à des affrontements armés dantesque et explosifs. Si Hollywood et les jeux-vidéos (entre-autres) ont très largement contribués à répandre une vision rocambolesque de la guerre, il faut reconnaitre qu’une large majorité de la population est peu au fait du rôle essentiel de nos militaires, et de la guerre permanente qui se déroule sur terre, dans les airs, sur et sous les mers.

Les images de batailles épiques entre deux camps farouchement opposés nous viennent plus facilement à l’esprit que l’espionnage des câbles sous-marins servant au transit des communications internet :

Trop souvent encore, les armées sont vues comme ne servant qu’à répandre mort et destruction, à faire la guerre, et à la gagner au prix fort. La vie des civils étant souvent considéré comme ce prix fort. Il me semble important de garder à l’esprit que les armées ne servant pas à gagner la guerre ; elles servent à gagner la paix, durablement (on parlera sinon de milices armées / privées). Les actions que nos armées conduisent au quotidien (rendues possible grâce à toute l’industrie de défense), aussi peu visible soient-elles, ont pour objectif final de garantir cette stabilité et cette paix durable.

La maîtrise de la Force comme meilleur garant face à la montée de la violence

Très discrète au quotidien, la Défense, et plus précisément les armées, sont pourtant omniprésentes, comme j’ai pu l’expliquer plus haut : protection et sécurisation des personnes et des infrastructures civiles, intervention et gestion de crises naissantes dans des pays instables, lutte contre le terrorisme, renseignement en tout genre, soutien logistique lors des crises sanitaires ou des catastrophes naturelles, dissuasion nucléaire… Il suffit d’y prêter un œil à peine curieux pour se rendre compte que nos armées se tiennent toujours prête à agir selon le besoin, dans l’intérêt de la population et des civils en général.

L’Armée, à travers ses missions, opérations, et fonctions stratégiques, se veut extrêmement efficiente. Déjà, en se donnant les moyens de connaître. Connaître l’ennemi, la menace, certes. Mais aussi
connaitre l’environnement au sein duquel elle évolue, que ce soit le contexte social, politique, ou l’espace d’évolution (la terre, la mer, les airs et l’espace, et plus récemment… le cyberespace). Enfin, pour mieux affronter les menaces, il faut se connaitre soi-même.

Connaître sa Force, ses capacités opérationnelles, identifier clairement l’effet recherché, la Stratégie pour y parvenir, et l’ensemble de Tactiques à mettre en œuvre pour atteindre son objectif. Rien n’est laissé au hasard. Tout est étudié, millimétré, préparé, et envisagé de manière à ne jamais être surpris, et à toujours être en capacité de réagir correctement.

Enfin, l’armée se veut Forte. Sa Force, elle la tire de ses équipements, de ses outils, de ses moyens, et de ses armes, certes. Mais elle la tire avant tout de ses hommes et de ses femmes, de l’organisation et de l’ordre mis en place, et de leur entrainement. Elle le tire également de sa connaissance (renseignement…), de sa préparation (entrainement), et parfois d’activités bien en amont du simple monde militaire (recherche technologique…). Bref, il n’y a en réalité aucune place pour, l’incertitude, le doute, la colère, la violence, la réaction émotionnelle non-maîtrisée, non planifiée. Uniquement de la Force, de la Maîtrise.

La force fait reculer la violence .”

Général Pierre De-Villiers, ancien Chef d’Etat Major des Armées

On peut aisément synthétiser en affirmant que la vocation première de nos Armées, c’est la Maîtrise de la Force, avec pour seul et unique but, de garantir la sécurité et l’intégrité du territoire, de sa population, sa souveraineté, et de facto, sa Liberté. Enfin, n’oublions pas non plus qu’au-delà de ce seul aspect de “Maitrise de la Force”, ce sont également un grand nombre d’activités réalisées dans l’ombre (renseignement, recherche technologique, politique, alliance, finance…) qui rendent possible la réalisation de ces missions nécessitant un haut niveau d’expertise. Tous ces éléments font partie intégrante de la stratégie de défense de la nation.

theexpert

Add comment