MYT

Conseils pour mieux protéger ses enfants des risques liés à Internet

Par Mathias G., Expert DPO SQUAD

Les enfants ne sont pas des internautes comme les autres

L’usage d’internet s’est désormais totalement banalisé parmi les enfants. Ce qui a commencé pour eux comme un outil de relation sociale et de loisir a évolué au point de devenir, depuis un an, leur outil de travail et d’éducation.

Cette banalisation ne doit pourtant pas nous faire oublier que les enfants ne sont pas des internautes comme les autres. Ils constituent un public particulier de par leur pratique propre d’internet, du mobile ou des réseaux sociaux, mais également en raison des risques spécifiques liés à ces pratiques.

Afin de garantir la meilleure protection possible aux enfants, sans pour autant les brider ou les enfermer arbitrairement, il faut d’abord comprendre leurs usages d’internet et les risques qu’ils rencontrent. Sans cela, il est illusoire de penser à fixer des règles efficaces pour encadrer ces usages.

Mais alors, que font donc les enfants sur internet ?

Des pratiques finalement très classiques

Le top 3 des usages d’internet cités par les 11-18 ans a de quoi rassurer les parents car il s’agit finalement d’activités classiques : 

  • Discuter avec des amis ou de la famille
  • Regarder des vidéos
  • Échanger à propos des cours et des devoirs

En outre, les études montrent que les enfants maîtrisent généralement les règles de base pour se protéger en ligne : ne pas partager son mot de passe, réfléchir à ce que l’on poste pour protéger son intimité, etc.

Les enfants peuvent en revanche avoir une vision différente de ces règles que les adultes. Certains confient leur mot de passe à un ami en signe de confiance ; d’autres définissent la vie privée différemment de leurs parents.

Mais il ne faut pas penser pour autant que les enfants agissent en ligne sans conscience du risque et sans rien faire pour se protéger.

Concrètement, de quel risque parle-t-on ?

Je regroupe habituellement les risques que peuvent rencontrer les enfants en ligne dans trois familles.

1. Les mauvais contenus et les mauvaises rencontres

Il s’agit des contenus qui ne sont pas adaptés aux enfants, voire nuisibles. On parle ici de contenus violents, à caractère pornographique mais également tout ce qui touche au jeu d’argent ou à la consommation de produits addictifs, illicites ou non.

Évidemment la liste de ces contenus variera en fonction de l’âge de l’enfant. On ne regarde pas les mêmes contenus à 8 ans et à 15 ans.

J’ajoute dans cette catégorie les mauvaises rencontres car du point de vue de l’enfant la mécanique est identique : il entre en relation avec des personnes qu’il ne devrait pas fréquenter tout comme il consulte des contenus qu’il ne devrait pas voir.

2. Les regrets pour plus tard

Je veux parler ici des contenus postés en ligne par les enfants et qu’ils peuvent être amenés à regretter un jour.

Tout ce que nous postons en ligne sont des traces quasiment indélébiles qui dessinent de manière imparfaite et souvent caricaturale un portrait de nous. Or, nous ne sommes pas les mêmes personnes à 13 ans qu’ à 25 ans. Nos goûts, nos valeurs, nos cercles sociaux évoluent et nous pouvons facilement regretter notre activité en ligne quelques années plus tard.

Il est donc crucial de garantir aux enfants un droit de remord leur permettant de retirer efficacement les traces laissées en ligne au cours de leur enfance.

3. Les business modèles nuisibles au bon développement de l’enfant

Tout un pan d’internet repose sur ce que l’on appelle l’économie de l’attention, c’est-à-dire la valorisation économique du temps passé par un internaute sur un certain service par la création d’un profil publicitaire et l’affichage de publicités.

Pour cela, le but de nombreux réseaux sociaux ou applications est de maintenir l’utilisateur le plus longtemps sur sa plateforme, le faire revenir le plus souvent possible et le faire produire ou réagir à des contenus.

De nombreux mécanismes existent pour cela, tous basés sur un système action/récompense : je poste un contenu / j’obtiens des likes ; je me connecte régulièrement / je gagne des abonnés.

Tout ceci est hautement addictif, ce qui est particulièrement nuisible aux enfants car cela entraîne des troubles de la concentration et de l’apprentissage, des difficultés à dormir, des troubles relationnels, etc.

Quel est le rôle du parent dans tout cela ?

La magie et l’horreur du web, ce n’est pas qu’il vous emmène dans le monde, mais qu’il amène le monde dans votre maison. Plus rien ne compte : ni le couvre-feu familial, ni le quartier où vous habitez, ni votre porte fermée à double tour.”

Face à l’ensemble de ces constats, les parents se sentent bien souvent démunis. Ils ont de plus en plus de mal à suivre l’activité de leurs enfants en ligne, et ce d’autant plus qu’ils sont chacun équipés de leur propre téléphone ce qui leur garantit d’être connectés en permanence, y compris à l’insu des parents.

Je vous propose donc une méthode en trois étapes pour tenter d’accompagner du mieux possible votre enfant dans son usage d’internet ou du téléphone.

  • On respire un grand coup

Cela peut surprendre, mais la première étape est de se détendre. Il faut avant tout apprendre à faire confiance aux enfants car comme je l’ai dit précédemment, ils ont conscience que certains risquent existent et tentent de se protéger.

Vos enfants ne sont pas fermés à l’idée de protéger leur intimité en ligne et sont conscients qu’ils doivent suivre certaines règles, pour leur propre bien.

  • On discute en famille

Une fois la première étape effectuée, il est temps d’avoir une discussion : que fait votre enfant en ligne ? Pourquoi ? Quel plaisir y trouve-t-il ? Pourquoi est-ce si important pour lui ?

Répondre à toutes les questions vous permettra de mieux le comprendre et d’éviter de fixer des règles totalement hors sol qui n’auraient aucune chance d’être suivies.

Mais cela montrera également à votre enfant que votre but n’est pas de le brider mais de l’accompagner. Sans cela, les règles que vous fixerez ne seront jamais appliquées.

  • On fixe certaines règles

Une fois que cette discussion a eu lieu, on peut fixer des règles. L’important est de le faire ensemble pour que votre enfant les respecte. N’ayez pas d’illusion, s’il ne souhaite pas s’y soumettre il arrivera toujours à vous cacher son activité en ligne. Alors ces règles doivent être adoptées ensemble !

Elles seront propres à chaque foyer, mais voici des exemples : pas de téléphone dans sa chambre ou après une certaine heure, pas de photo de sa chambre ou de son visage en ligne, pas de profil public sur les réseaux sociaux.

Je vous souhaite bon courage pour ce sujet qui n’est clairement pas facile dans les foyers aujourd’hui. N’hésitez pas à me contacter pour échanger à ce propos !

theexpert

Add comment